Qu'est-ce qu'un chakra dans le yoga ?

Quest ce quun chakra

« Ouvre tes chakras »… Nous avons tous entendu cette phrase, souvent d’ailleurs sur un ton humoristique ou new-age ! Sauf que le chakra « la roue, carrefour de flux énergétiques », si petit soit-il, est la clé de voûte de notre système énergétique.

Chakra est le nom sanskrit traditionnellement donné à des objets ayant la forme d’un disque, parmi lesquels surya « le soleil ». Il s’agit d’’une roue énergétique au coeœur du système énergétique. C’est lui qui va activer, animer l’énergie. Un chakra est le point de jonction des canaux d’’énergie, les nadis « flux énergétique ». Le système énergétique est celui qui crée le lien entre le système physiologique et le système psychique. Car tout est lié.

88 000 chakras

Il existe 88 000 chakras et 72 000 nadis. On compte aussi sept chakras principaux qui remontent le long de la sushumna, notre axe central : muladhara, swadhistana, manipura, anahata, vishuddha, ajna et sahasrara. C’’est par la transcendance des asanas, « postures » de yoga et le pranayama « maîtrise du souffle » que les yogis ont pu monter leur niveau de perception et voir ce système, puis le décrire notamment dans les Upanishad, l’ensemble de textes philosophiques qui forment la base théorique de la religion hindoue. Pour faire un parallèle direct avec l’’anatomie de notre corps, les nadis sont les voies neuronales et les chakras les synapses.

Comme des valves, les chakras régulent l’’énergie créée et circulant dans notre corps. Ils interagissent avec le physique par le système endocrinien et le système nerveux. Les sept chakras, stimulés chacun par une couleur, sont associés à certaines parties du corps (gorge, cœoeur, sacrum…) et à certaines fonctions de l’organisme qui sont régies par le plexus ou la glande endocrine associées à ce chakra. Ce qui signifie que leurs localisations ont une fonction dans la physiologie, le système hormonal et le psychisme de chacun. Comme dans l’acupuncture proposée dans la médecine chinoise qui agit sur les points d’or des méridiens, les chakras doivent être libérés, comme nettoyés par la pratique du yoga.

A chaque organe son chakra

A la différence de l’acupuncture qui est une pratique passive permettant de débloquer les canaux énergétiques telle une rivière bloquée par un rocher, la pratique du yoga permet de manière active de débloquer les chakras pour faire circuler librement l’énergie dans l’organisme, irrigué des bienfaits, mais aussi d’augmenter cette énergie par les asanas et le pranayama. Pour vivre en harmonie, tous nos chakras doivent être en synergie.

Ouvrir ses chakras, c’est bien… augmenter son énergie pour prendre soin de son organisme, c’est encore mieux!

Le système énergétique - ses principales composantes

Les 3 nadis : Ida, Pingala et Sushumna 

Ida, Pingala, et Sushumna sont les 3 principaux nadis, c’est à dire les 3 principaux flux énergétiques, ou « courants » énergétiques si tu préfères, qui circulent dans le corps.

Sushumna est situé dans la moëlle épinière et correspond au système nerveux central.

Ida correspond au système nerveux parasympatique

Pingala correspond au système nerveux sympatique

Les chakras

Les chakras s’apparentent aux synapses dans le système nerveux.

Ils sont les points de rencontre des nadis.

Les pétales symbolisent les neurones du système nerveux.

Il y a en tout dans chaque être humain :

-88 000 chakras, situés à l’intérieur du corps, mais aussi à l’extérieur 

-72 000 nadis

Les chakras jouent un rôle clef : ce sont des émetteurs et des récepteurs d’énergie, aussi bien de l’énergie Universelle (en sanskrit le Prana avec un grand « P », l’énergie indifférenciée), que l’énergie humaine (prana avec un petit « p », l’énergie différenciée).

Lorsque ces chakras fonctionnent bien, tournent à une vitesse normale, je suis en bonne santé physique et mentale.

S’ils sont trop fermés ou trop ouverts, les problèmes commencent…

Ainsi par exemple, une personne chez qui Vishudda chakra serait trop fermé pourrait avoir des problèmes au niveau de la communication, de son expression : timidité, bégaiements, des difficultés de langage…

Une autre, chez qui Muladhara chakra serait trop ouvert n’aura tendance à s’intéresser qu’aux plaisirs physiques et matériels, à vouloir être de plus en plus riche…

Les 7 chakras principaux 

Les 7 petites roues qui tournent et jalonnent la colonne vertébrale sont les 7 chakras principaux du corps :

Muladhara : chakra racine, régit les instincts basiques de l'homme : survie, matéralité, reproduction   .                .

Swadisthana : chakra sacré, régit les énergies sexuelles, la fertilité

Manipura : plexus solaire, régit l'ensemble du métabolisme humain

Anahata :  chakra du coeur, siège des émotions

Vishudda : chakra de la gorge, siège de l'expression  .                . 

Ajna  : 3ème oeil, siège de l'ego       .                .  

Sahasrara : chakra couronne, siège de l'épanoussement de la transcendance     

Chaque chakra, correspond à une glande ou organe, à un sens, une couleur, un désir, un instinct :

 

Chakras/Caractéristiques 

Organe/Glande 

Sens           

Couleur                        

Désir               

Instinct                                    

Muladhara 

Glandes génitales et surrénales

Odorat

Rouge et Noir

Exister

Survie

Swadisthana

 Glandes génitales et surrénales  Goût  Orange  Agir  Reproduction

Manipura

 Organes digestifs (estomac, foie, etc.)  Vue  Jaune  Posséder  Possession

Anahata

 Coeur, poumons  Toucher  Vert et Rose  Aimer  Relation

Vishudda

 La thyroïde  Ouïe  Bleu   Vouloir  Création

Ajna

 Cerveau, glande pituitaire ou hypophyse  NA  Bleu indigo  Imaginer  Clairvoyance

Sahasrara

 Cerveau, glande pinéale ou épiphyse  NA  Violet, blanc et or  Se transcender  Communion, libération

 

 Un acteur clef : la Kundalini

La Kundalini (du sanscrit : bracelet, enroulé en spirale) est l’énergie vitale, l’Energie Universelle lovée, coincée dans le corps humain, au niveau de Muladhara Chakra (proche du sacrum).

Représentée sous la forme d’un serpent enroulé sur lui-même, cette énergie, le Prana, est endormie, emprisonnée dans le prana, comme un petit oiseau attaché à son perchoir.

Elle ne demande qu’à s’échapper…

Le yoga lui ouvre les portes…lui crée un passage…

En éveillant les nadis et les chakras, en équilibrant leur fonctionnement,  le yoga peut libérer la Kundalini, qui remonte alors le long de la Sushumna en traversant tous les chakras jusqu’à Sahasrara et replonge dans l’Energie Universelle, sa vraie nature.

La libération de la Kundalini conduit à la réalisation de soi, à la délivrance (moksha), au retour vers soi.

 

 

 

Pourquoi rester longtemps dans une posture ?

Pourquoi rester longtemps dans une posture

8 heures passées au bureau assis devant l’ordinateur, nous venons certainement de faire expérimenter à notre corps la posture du point d’interrogation qui n’existe pas dans le yoga !

Nous filons démarrer une séance en ligne dans la quiétude de notre intérieur. Et là, le professeur virtuel, en pleine posture de Navasana « la posture de la barque » insiste fermement en nous invitant à « tenir la posture ». Mais pourquoi rester dans une position si longtemps alors même que ces 8h de point d’interrogation nous ont fait souffrir ?

Les bienfaits des postures

Le yoga complet qui respecte les étapes de Patanjali ne se définit pas par la répétition de postures, mais par la durée de leur maintien. De même que rester au soleil 5 minutes ou 1 heure n’a pas le même impact, la tenue d’une posture prend tout son sens dans la durée. Le corps est un piège à énergie : dans une position particulière (expérimentée à l’origine par les yogis) cette énergie circule et augmente les ressources qu’il a déjà en lui, grâce au pranayama « la maîtrise du souffle ». Les outils tels que les bandhas « points d’ancrages » et en particulier mula bandha « la contraction du périnée » permettent d’augmenter les ressources énergétiques du corps dans ces postures.

Rester dans une posture au moins dix minutes, permet de ressentir davantage ses effets. Les postures de yoga changent la position habituelle de notre corps pour offrir un éventail d’effets bénéfiques pour la santé et l’empreinte de ces bénéfices se fait avec le temps. Déjà mentionnée, Navasana, prise longuement, décongestionne les organes du petit bassin, combat l’aérophagie et agit sur les ovaires et la prostate. Avec l’asana Vrikshasana, « la posture de l’arbre », nous prenons conscience que l’équilibre se fait tout seul…quand on ne le cherche plus. L’impact dans notre quotidien est immédiat pour prendre la vie du bon côté, et c’est bien l’objectif!

Faire circuler les ressources énergétiques

Cependant il ne s’agit pas d’endurance. C’est grâce au lâcher-prise que le corps s’installe confortablement et durablement dans les asanas. En laissant faire, en exécutant différents pranayamas, nous relâchons les tensions en prenant conscience de leur existence et nos ressources énergétiques circulent. C’est en laissant le temps à l’énergie de cheminer, en maintenant les postures que nous parvenons à modifier notre physiologie et notre mental.

Tenir ces postures permet aussi d’expérimenter un des enjeux de la pratique : apprendre à être présent sans analyse ni jugement, accepter et même… oublier l’asana. Pour décupler ses forces !