La respiration, une étape fondamentale pour un yoga complet

 

La respiration etape fondamentale

Avez-vous remarqué la puissance des pleurs du nourrisson ? Sans répit et pourtant sans effort ni fatigue, il pourrait chouiner et sangloter comme ça toute une journée. Le nouveau-né respire naturellement par la voie abdominale ; son petit ventre se gonfle comme un ballon à chaque inspiration et s’abaisse à chaque expiration. La respiration courte et saccadée de l’adulte révèle qu’il a perdu sa respiration spontanée, n’utilisant plus qu’une partie infime de son potentiel. Bonne nouvelle, la pratique du yoga vous offre la possibilité de retrouver votre vraie respiration.

Un yoga complet est un yoga qui respecte les 8 étapes fondamentales. La 2ème étape, le pranayama « la maîtrise du souffle », est présente dans chaque technique proposée et durant toute la séance. Différentes pratiques, telles que le Bhastrika « la respiration en soufflet de forge », associées avec des bandhas « points de contraction », permettent de nourrir et d’accroître vos ressources en énergie, et, par exemple, d’augmenter l’apport en oxygène au muscle sollicité durant l’effort.

Le réchauffement intracellulaire du métabolisme, résultant de l’accroissement en oxygène, favorise la prise de l’asana « la posture ». Le pranayama donne assurément un coup de pouce à la prise de posture. La vraie respiration retrouvée redonne peu à peu au corps sa souplesse naturelle.

Le pranayama ne se limite pas à un échange gazeux. Il joue un rôle autant physiologique que psychologique. Dans la pratique, le rythme de la respiration berce et favorise l’intériorité. Le rythme cadencé de la respiration conduit sans détour à l’instant présent. Les pensées et les émotions, résultat d’un mental en effervescence, se dissipent comme par enchantement. L’instant magique permet de goûter paisiblement au bien-être et à la détente.

« Tout est énergie » – constate Albert Einstein dans la « Théorie de la Relativité ». Le souffle, la pensée, l’émotion aussi.

Maîtrisez-la ! En commençant par maîtriser votre respiration.

L'énergie est partout !

 

Lenergie est partout

Nous disons parfois que nous manquons d’énergie. Nous entendons par là, un manque de tonus physique et mental.

La pratique du yoga permet de développer l’énergie.

Mais de quoi parle-t-on ?

« Tout est énergie », disait Albert Einstein. Nous sommes tous effectivement un condensé d’énergie. Nous faisons partie d’un tout énergétique universel appelé Prâna. Prâna anime chaque cellule vivante, chaque pensée, chaque mouvement.

Chaque entité, humaine ou inanimée, de l’arbre au rocher en passant par n’importe quel mammifère, est une partie de son fonctionnement. Prâna désigne également la respiration humaine, mais aussi le souffle de l’’univers, la force de vie. Il s’agit d’un fonctionnement présent, qui ne nous quitte finalement qu’à la mort.

Flux électriques

La science a déjà su démontrer la circulation de cette énergie par flux dans l’organisme humain. Dans le corps physiologique, la communication se fait par des signaux électrochimiques et des courants électriques. Ces courants électriques sont partout : dans les tissus, les muscles, le système nerveux, le cœoeur, le rein et les glandes. Dans le système psychique, les neurones assurent la transmission du signal bioélectrique appelé influx nerveux.

La synapse est la zone de contact entre deux neurones et/ou d’’autres cellules : musculaires, récepteurs sensoriels…. L’’ensemble forme les neurotransmetteurs chimiques et électriques du système psychique. Ainsi, l’énergie du corps électrique est avérée par la science. Elle arrive même à la mesurer dans l’organisme avec, par exemple, un électro cardiogramme pour le coeur.

La pratique du yoga permet d’augmenter cette énergie grâce à une circulation via les nadis « flux énergétiques », comparables aux flux neuronaux, et les chakras « roue, carrefour de flux énergétiques », comparables aux synapses, qui parcourent le corps et tracent telle une carte en 3D le système énergétique dans notre corps.

L’énergie et le souffle

Le moteur de cette énergie est essentiellement la respiration. Le yoga, par le pranayama « la maîtrise du souffle », permet d’augmenter ces ressources en énergie. La pratique permet de canaliser et de diffuser ces ressources grâce aux asanas « postures », véritables pièges à énergie. Celles-ci peuvent circuler aisément dans un corps, régénéré, oxygéné et assaini.

Ainsi, nous savons que nous ne sommes qu’une partie de l’énergie de la terre.

Nous avons la possibilité par la pratique, d’augmenter cet attribut énergétique afin de jouir des bienfaits sur notre organisme. Finies les baisses de tonus !

Force physique et force mentale : du yoga au dépassement de soi

Force physique et mentale

 

Force physique et force mentale, deux termes habituellement dissociés par souci de compréhension, mais où commence l’un et où se termine l’autre ? La force physique et la force mentale ne sont pas délimitées par des frontières. Un lien très subtil, un fonctionnement naturel les unit ou plus exactement, rien ne les sépare.

Interactions des forces

La force physique est une faculté innée qui permet à notre corps, en utilisant une énergie considérable, de faire face aux contraintes environnementales et quotidiennes de la vie. La force mentale est une faculté psychique utilisant l’’analyse et le tempérament pour faire face à ces mêmes contraintes. La force mentale est une combinaison subtile de détermination, de confiance et de concentration.

Ces deux forces, physique et psychique, sont en constante interaction : le mental s’’agite et le souffle s’’agite ; que le corps donne des signes de lassitude et le mental n’’a plus le « moral ».

L’’énergie est le lien subtil entre les deux forces. L’’énergie, que nous absorbons chaque jour et chaque nuit, provient des composantes de la terre ou de l’’univers, soit directement par des éléments solides et liquides, soit indirectement par l’’énergie solaire, lunaire, etc… mais aussi (et nous n’’y pensons que très rarement, peut-être parce qu’’elle se fait instinctivement), par la respiration.

Dès la naissance, la respiration est notre première source d’alimentation en énergie. L’air inhalé est l’’élément indispensable au bon fonctionnement et à l’équilibre du système physiologique et du  système énergétique.

Union des forces

Le physique, le mental et le souffle sont intimement liés. L’homme est un monde d’influences, un agglomérat de particules et d’’atomes en relation permanente. Ces composantes, qui sont étroitement liées, portent dans leurs gènes les qualités essentielles à la survie de l’’être humain. Elles s’’assemblent et s’’influencent mutuellement dans ce seul but. L’’union fait la force !

Le sportif s’’entraîne pendant des heures pour améliorer ses performances physiques. Il utilise son physique et essaie, tant bien que mal, de soutenir son effort par le mental. Le mental oblige le physique à aller encore plus loin, toujours plus loin. Les deux agissent et progressent conjointement, mais, manquant de carburant « énergétique », ils s’’épuisent et constatent que la compétition s’’arrête là.

La pratique du yoga accroît le potentiel physique et mental jusqu’’à l’’union et la transcendance du physique et du mental. Le travail des respirations « yogiques » impacte fortement les deux parties qui laissent faire « un autre fonctionnement ». Une union parfaite, par la mutation et l’’union via l’’acceptation et le lâcher-prise, devient maintenant possible.

La régularité dans l’apprentissage du yoga et les processus bénéfiques qui en découlent, sont les clefs de la réussite,  les étapes du yoga sont la marche à suivre.

À vous de jouer !

Faut-il être souple pour faire du yoga ?

 

Faut il etre souple pour faire du yoga

A voir certains asanas « postures », le yoga s’apparente pour beaucoup au spectacle du Cirque du Soleil ! Ces contorsions peuvent sembler hors de portée mais, est-ce un point de vue ou une réalité ? Sommes-nous vraiment souples ? Considéré comme l’alter ego de la gymnastique, le yoga est supposé ajuster l’apparence physique du corps. La rigidité ou la résistance sont-ils une barrière à la pratique ?

Nous associons à tort la pratique du yoga uniquement à la souplesse du corps. Or le yoga est fait pour tous ! En démarrant la pratique, nous partons de ce que nous sommes, tels que nous sommes. Et c’est le yoga qui nous fait progresser. La prise de posture reflète notre condition dans l’instant. Prendre un asana, « une posture », sous-entend de se mettre en position avec les blocages ou l’aisance qui nous sont propres. Sans chercher une posture parfaite, il s’agit de faire de notre mieux à ce moment, de se découvrir et d’évoluer dans la pratique.

Travailler le lâcher-prise

La souplesse se développe profondément et progressivement au fil de la pratique, une conséquence naturelle qui s’installe sans qu’on s’en rende compte. Nous sommes plus souples que ce que l’on croit. Par manque de confiance en soi, ce sont nos résistances qui nous rendent rigides. Le corps est physiologiquement souple. La souplesse n’est pas un gain, c’est quelque chose que l’on va retrouver en dévoilant nos blocages. Si nous travaillons ce lâcher-prise, nous travaillons le relâchement du corps.

A nous de découvrir les résistances que nous nous créons, à cause de notre conditionnement éducatif et sociétal. Si nous nous abandonnons dans la posture, la souplesse vient de fait, l’attraction terrestre nous conduisant naturellement à lâcher ces parties du corps. Prenons par exemple Surya Namaskara, « la salutation au soleil ». Au début, nous résistons. Puis dans la répétition, les yeux fermés, nous lâchons prise et gagnons en souplesse.

Les bienfaits du souffle

Les postures ne constituent qu’un tiers de la pratique complète. Le yoga agit sur l’ensemble de notre corps et rééquilibre son fonctionnement physique, énergétique et psychique. La posture est un outil qui cible le travail sur le corps physique. Le corps lui-même est un moyen d’influencer le système énergétique, qui à son tour agit sur le mental. C’est par le pranayama « la maîtrise du souffle », que l’énergie va circuler dans notre corps. Même si la posture n’est pas « parfaite », les effets physiques, énergétiques et psychiques sont au rendez-vous. Tels des mousquetaires ces trois éléments collaborent et optimisent les bienfaits de la pratique.

Nous pouvons tous bénéficier des bienfaits du yoga, la souplesse n’est pas une condition requise. Ce n’est qu’un outil parmi tant d’autres comme l’équilibre, l’endurance, le lâcher-prise, l’acceptation, et la maîtrise du souffle. Il faut simplement se laisser guider et faire ce qu’il y a à faire. Et même le mental est plus souple que ce que nous croyons.

Faites du yoga et vous serez plus souples, mais n’attendez pas d’être souples pour profiter de tous les bienfaits du yoga !

Faut-il être jeune pour faire du yoga ?

Faut il etre jeune pour faire du yoga

 

Il est souvent intimidant de démarrer une activité sportive. Surtout quand nous nous croyons à tort trop rigides, voire même pas assez jeunes pour pratiquer. Et lorsque nous regardons certains asanas, « postures », tel padahastasana, « les mains aux pieds », nous nous demandons s’il est judicieux et réaliste de se lancer dans l’aventure!

Le yoga nous prend tels que nous sommes : jeunes, âgés, assidus ou paresseux, musclés ou relâchés. Il nous cueille même au bon moment de notre vie : quand nous en avons besoin. La pratique ancestrale du yoga s’adapte à notre quotidien, l’équilibre physique et mental acquis par la circulation de l’énergie n’a pas d’âge. Le yoga s’adresse à tous. Il prend en compte la personne pour lui prodiguer ses bienfaits.

Ralentir le vieillissement

Et la souplesse ? Elle s’acquiert au fil de la pratique dans l’apprentissage du lâcher-prise via les asanas et le pranayama « la maîtrise du souffle ». Il s’agit d’une souplesse mentale à adopter en pratiquant : le corps est naturellement souple. En s’abandonnant dans la posture, l’énergie va augmenter et se diffuser dans le corps. Pas besoin donc d’être la nouvelle Nadia Comaneci pour découvrir la discipline.

Notre corps est ce que nous en faisons. Nous pouvons en outre être physiquement jeune et maltraiter notre organisme… A l’inverse, une personne plus âgée peut prendre soin d’elle et cet organisme fonctionnera mieux.

Le yoga ralentit le vieillissement du corps par un meilleur fonctionnement du système énergétique. La pratique agit sur les principales causes de ce vieillissement, en particulier le renouvellement des cellules : l’’oxygène afflue dans le sang et les cellules sont mieux alimentées et se renouvellent plus facilement. Ce processus généré par la pratique du yoga a des effets sur le vieillissement cutané. Par le pranayama, nous augmentons l’oxygénation du corps comme dans khapalabathi, et la peau est par exemple revitalisée.

Pour libérer ses organes et ses viscères, nous pouvons pratiquer uddiyana bandha  « la contraction volante » qui donne un coup de fouet au métabolisme physiologique et énergétique. La technique augmente notre forme physique et permet un meilleur fonctionnement  de l’estomac, du foie, du pancréas, des intestins, des reins, etc.

Améliorer notre condition

Par une pratique régulière, le yoga ralentit aussi la diminution de la masse et de la force musculaire liées à l’’avancement en âge.

Une meilleure alimentation, un corps drainé, gainé et libéré des douleurs du quotidien rendent ses titres de noblesse à la maturité et au temps qui passe, sans emprise. Dès les premières séances, le yoga améliore notre condition physique, psychique et énergétique.

Le yoga va donc inverser le processus du vieillissement du corps et du mental… et nous rendre une seconde jeunesse !