Dépassons nos limites !

Depassons nos limites

L’homme a souvent besoin de cadres et de cases pour mener sa vie. De règles et d’explications, même convenues, pour justifier ses choix. Nous pensons également que la nature a posé des limites à notre corps voire à notre esprit. Ces a priori sur nous-mêmes et nos capacités ont l’opacité d’un voile sur ce que nous sommes réellement aptes à réaliser.

La pratique du yoga peut jouer le rôle de révélateur, telle une image d’une photo qui apparait enfin sur le papier.

Moins de rigidité

La limite est une séparation entre ce que nous croyons être et ce que nous sommes réellement. Regardons les enfants. Ils n’ont aucun préjugé ni idées préconçues concernant le corps. Ce qui explique qu’ils n’hésitent pas à sauter, grimper, escalader, bravant ce qui nous semble à nous, les adultes, de vrais dangers. Car nous anticipons douleurs et… limites physiques. La pratique du yoga permet d’abattre le mur de ces frontières restrictives. Le corps est naturellement souple. C’est notre mental qui le rend rigide.

Par le pranayama « maîtrise du souffle » et la tenue des asanas « postures », notre organisme, y compris notre cerveau, apprend le lâcher prise. Des asanas, qui jusque-là nous semblaient hors de portée, sont peu à peu exécutés avec facilité comme padahastasana, la « posture des mains aux pieds ». Pourtant, il n’y a pas si longtemps, penchés en avant, nous n’arrivions pas à toucher le sol.

Nous découvrons donc que nous nous croyons limités… sans l’être. Nous réalisons par exemple que nous pouvons tenir les postures plus longtemps, avec plus de puissance, comme uddiyana bandha, « la contraction volante », qui offre de précieux bienfaits sur les viscères et permet de lutter contre le stress.

Elargir son potentiel

Le yoga permet d’élargir le champ des possibles et des capacités physiques. Il accroît le potentiel énergétique. Les résistances que nous créons tous les jours, par éducation et peur, sont aussi présentes dans notre mental. Le yoga nous reconnecte avec nous-mêmes, par l’organisme mais aussi par le mental. Les changements physiologiques – comme une meilleure oxygénation, un gainage, une souplesse et un équilibre accrus – vont déteindre sur notre bien-être psychique. Nous devenons aussi plus souples dans la tête !

La pratique permet de voir les choses autrement, de prendre un pas de recul sur le quotidien, de construire des bases plus saines pour le lendemain, au-delà surtout d’un certain conditionnement.

La limite est aussi un seuil vers autre chose. En pratiquant, nous titillons notre intellect. Ce qui permet de mieux se connaître. Nous entrevoyons un élargissement de notre potentiel. Nous apprenons la patience. Comme un trousseau de clés, le yoga ouvre peu à peu les portes fermées en nous. Et l’horizon s’agrandit.

Comment devenir maître de soi ?

Comment devenir maitre de soi

 

 

Nous bafouillons, hésitons, perdons patience… Parfois la timidité et le manque de confiance en soi l’emportent sur nous-mêmes dans des situations de tous les jours. Comment y remédier ? Et si le yoga apportait cette sérénité et cette maîtrise de soi qui nous font défaut… 

Qu’est-ce qu’être maître de soi ? C’est peut-être cette aptitude à faire face aux autres, sans crainte ni hostilité et à la vie en générale. Retrouver cette paix intérieure : comme son nom l’indique, nous l’avons déjà en nous ! La pratique du yoga permet cette prise de conscience car elle va équilibrer nos systèmes physiologique, psychique et énergétique sur lesquels repose notre organisme.

En associant les asanas, « postures » au pranayama, « maîtrise du souffle », nous allons assainir, puis augmenter l’énergie au cœoeur de l’organisme. Le yoga permet un renouvellement intra-cellulaire puissant qui régénère par une oxygénation accrue, nos systèmes. 

Equilibre

Dans un premier temps, nous créons l’équilibre physique puis psychique. Nous avons le réflexe de dissocier les deux à tort. C’est par la pratique régulière que le yoga nous procure une vision plus saine des choses. Notre mental sera plus solide car notre corps est plus solide. Nous le voyons bien quand nous avons un rhume par exemple. La moindre difficulté semble alors insurmontable car le corps a une faiblesse, un dysfonctionnement.

Nous subissons ce dysfonctionnement jusqu’au mental qui à son tour se trouve affecté. Mais lorsque l’équilibre physiologique est là, il en découle un équilibre de la perception de notre environnement. Le discernement est possible car le système énergétique est équilibré. Et nous pouvons nous recentrer sur nous-mêmes. 

La pratique du yoga nous pousse aussi au dépassement de soi pour pulvériser ce que nous croyons être nos limites. Si nous essayons uddiyana bandha, allons plus loin dans l’asana. C’est à nous de décider, de rythmer notre respiration. La pratique du yoga par les asanas et le pranayama permet de tendre vers ce que l’’on appelle l’’homéostasie, l’’équilibrage des paramètres vitaux et l’’ataraxie, l’’absence de troubles et de fluctuations du mental. 

S’accepter

Cet équilibre du physique et du mental que nous allons acquérir au fil des séances, nous conduit alors jusqu’à…nous-mêmes. Etre maître de soi, c’est aussi être soi-même, s’accepter, tel que l’on est, dans cet équilibre retrouvé.

Nous devenons alors maître de nous-mêmes comme si, en ayant enfin repris les commandes, nous pouvions piloter notre mental. Bégayer en public, s’énerver pour une futilité ou perdre tout contrôle à cause du stress ne seront qu’un vieux souvenir !