Manger en fonction de son voisin de table

Article publié sur Top Santé par Agathe Mayer, le 03 novembre 2014.

« Pour manger sainement, il est préférable de partager son repas avec une personne mince, selon une nouvelle étude scientifique américaine.

Le poids des personnes avec qui on partage un repas a une influence sur nos choix alimentaires, selon les résultats d’une étude publiée dans la revue médicale Appetite. Plus nos compagnons de table sont gros, plus on craque sur les aliments caloriques.

Les chercheurs de la Southern Illinois Université et de la Cornell Université ont voulu comprendre si le poids de nos compagnons de table influençait notre façon de nous alimenter et si le surpoids provoquait des mauvaises habitudes alimentaires.

Les scientifiques ont mené une expérience simple pour étudier le comportement alimentaire des personnes en fonction de leur entourage.

82 étudiants âgés en moyenne de 19.5 ans ont été mis dans 4 situations. Ils ont dû choisir entre des spaghettis bolognaises et une salade composée alors qu’ils étaient en présence ou d’une actrice mince qui s’alimentait sainement (un peu de pâtes et beaucoup de salade) ou d’une personne mince qui mangeait de manière déséquilibrée. Ils sont ensuite répété l’opération avec une actrice portant un costume d’obèse qui avait également ces deux types de comportements.

Les résultats de cette étude sont sans équivoque et révèlent un comportement psychologique assez simple de culpabilité.

En effet, les participants ont mangé sainement quand ils étaient en présence de l’actrice mince quelle que soit sa façon à elle de composer son assiette. En revanche, en compagnie de l’actrice «en surpoids » ils ont tous oublié les règles de l’alimentation équilibrée.

«Les personnes se sentent moins concernées par leur santé quand ils côtoient de personnes en surpoids et se sentent moins coupables de manger déséquilibrée qu’en présence d’une personne mince » explique Mitsuru Shimizu du département de psychologie de la Southern Illinois Université.

Des comportements alimentaires déjà observés

Cette recherche confirme les résultats d’une étude précédente américaine publiée dans la revue Plos One. En effet, les chercheurs de l’Université de Washington ont constaté que les étudiants en surpoids qui avaient des camarades minces avaient 40% de chance de perdre du poids dans une année, contre seulement 27 % de chance d’en prendre. En revanche, si les étudiants en surpoids avaient des amis obèses, ils avaient 56 % de risques de prendre du poids sur une année, contre seulement 15 % de chance d’en perdre. »