Les effets de l'ovulation sur le corps et le cerveau

Article publié sur Top Santé par Catherine Cordonnier, le 23 novembre 2015.

« Les femmes infectées par un parasite de l’espèce scaris lumbricoides aurait plus de chance de tomber enceintes.

Selon une étude publiée dans la revue Science, et menée auprès de femmes boliviennes pendant 9 ans, les femmes infectées par certaines espèces de parasites (les scaris lumbricoides) ont en moyenne deux enfants de plus que les femmes qui ne sont pas porteuses du parasite (chez ces femmes Tsimane, il est courant d’avoir 10 enfants).

Les chercheurs ont également noté que l’infection parasitaire va de pair avec des intervalles plus courts entre les naissances, et avec l’âge des premières grossesses.

Infections parasitaires : elles touchent 2 milliards de personnes

« Nous pensons que ces infections par des parasites intestinaux altèrent le système immunitaire des femmes, qui devient alors moins susceptible de rejeter le foetus » expliquent les chercheurs de l’Université de Californie.

Ces infections sont très fréquentes dans les pays en développement. Elles sont transmises par les oeufs présents dans les excréments humains qui contaminent les sols dans les zones où l’hygiène est faible. Selon l’Organisation mondiale de la santé, près de deux milliards de personnes sont infectées par ces parasites.

Le Dr Aaron Blackwell, qui a co-dirigé cette étude, affirme toutefois qu’il faudra de plus amples recherches avant de définir l’utilité pratique de cette découverte. »