Sport : physique et mental font équipe

Sport : physique et mental font équipe ! La Méthode FDY

Sport : physique et mental font équipe

Sport : physique et mental font équipe ! La Méthode FDY

On s’accorde tous à dire qu’un sportif doit avoir un physique solide et un mental d’acier pour pouvoir être compétitif. Cependant, s’il veut pouvoir un jour devenir le champion de sa catégorie, il devra alors unir son corps et son esprit dans cette quête!

Une petite mise en jambe pour commencer…

Un sportif ou un athlète de haut niveau – ou pas – n’est pas qu’un corps. Bien sûr, il doit travailler son physique, son endurance, sa résistance à l’effort pour pouvoir être performant. Mais ce n’est pas tout… Il se doit de développer des astuces subtiles et/ou qualités mentales différentes qui l’aideront à réguler ses pensées, sentiments et comportements destinés à développer ses performances à l’entraînement et en compétition.

Ce n’est ni plus ni moins que la mise en pratique de la célèbre maxime « un esprit sain dans un corps sain ». Un sportif ne peut se laisser déstabiliser par des pensées négatives ou manque de confiance. S’il se contente simplement de ne travailler que la partie physique, il risque alors un jour de se confronter au cruel et fatal doute. Et là, c’est le drame… En cas d’échec, il se retrouve comme dans une spirale infernale, incapable de s’en sortir. Anxiété, manque de sang froid, nervosité, perte du goût ou de la passion pour le sport qui devient alors un fardeau pour lui… Et cet esprit défaillant bien que dans un corps puissant freinera le sportif dans sa quête de victoire… Et inversement. Il est alors évident que le physique et le mental doivent faire équipe !

Dans les coulisses des entraînements

Ce ne sont pas les programmes d’optimisation qui manquent dans le sport… Du programme de concentration, à celui de la relaxation passant par le surpassement de l’image de soi, on ne sait plus où donner de la tête.

Le dernier né en date est le « switch », technique utilisée en PNL dont l’objectif est de chasser les images négatives. Après avoir identifié les pensées, sensations, mots, images qui nuisent à la performance, il faudra trouver le « stop » qui permettra de les switcher, les changer par une autre image, pensée, mot et donc de basculer dans le positif. Un « stop » dont le sportif aura au préalable vérifié l’efficacité pour le reproduire, le répéter au moment de l’entraînement ou de la compétition. Résumons :  on propose d’un côté des techniques nées du yoga – concentration, relaxation – et d’un autre, la méthode Coué – auto-suggestion. Le sportif masque alors ce qu’il est par des représentations qui ne lui appartiennent pas… Dur de s’y retrouver !

D’autres exercices encore plus cocasses existent… Celui des « orteils spaghettis » n’est pas en reste. Le but de cette activité est de développer l’aptitude mental des jeunes athlètes. Par la relaxation et la créativité visuelle, le sportif est amené à imaginer son corps aussi léger et souple qu’une nouille… Au vue de cet exercice, on comprend aisément le naufrage de certains athlètes ou équipes sur le terrain. En cas de défaite, ils pourront éventuellement prétexter avoir été trop cuits ou pas assez al dente… Mais cela ne les empêchera pas d’être mangés “tout crus ou pas” à toutes les sauces dans l’arène du “cirque médiatique” !

Une fois encore, force est de constater que l’entraînement des sportifs, athlètes est scindé en 2. D’un côté, ils ont un coach sportif et de l’autre un coach mental. Et les résultats ne sont que rarement au rendez-vous… Et si, on prenait en considération l’homme dans sa totalité ? Et si on s’occupait de l’énergie ? Cela ferait-il enfin la différence ? entre le bon et le mauvais… entraînement !

Mental, physique et énergie : le tiercé gagnant

« Tout est énergie » disait Albert Einstein. Le corps et l’esprit n’y échappent pas. Alors pourquoi vouloir absolument couper la poire en 2 ? Si l’Homme était enfin pris dans sa totalité, le physiologique et le psychique seraient boostés par l’énergie, unis dans un seul et même but. C’est ce que l’on appelle le « fighting spirit » : lutter contre l’adversité et quoi qu’il arrive ne jamais baisser les bras. Cette phrase qui peut aisément être prise dans le sens propre que le figuré démontre une fois encore que tout est lié !

Le sportif n’est ni plus ni moins qu’un agrégat d’énergie en action dans un environnement. Il reçoit en permanence des informations de son environnement spatial ou humain, via les 5 sens, et s’adapte pour optimiser et utiliser l’ensemble de son potentiel. Son but ? Gagner !

Une attitude naturelle qui existe depuis la création de l’homme ! Nous sommes TOUS  le seul et unique gagnant d’une course effrénée de plusieurs millions de participants. Nous avons tous utilisé notre potentiel physique pour passer le col de l’utérus avant d’utiliser notre potentiel mental pour nous déplacer dans les trompes de Fallope. Un mental utilisé à bon escient contrairement à certains dont le doute leur a faire perdre la route…

Le sprint final…

Après avoir laissé sur le carreau les 200 derniers participants, la bataille continue dans notre quête de se prétendre le meilleur !  car c’est bien de cela qu’il s’agit…

Mais pour être le meilleur, il paraît évident que l’ensemble des ressources propres seraient optimisées si les communications cellulaires entre les neurones qui se font au niveau des synapses via les neuro-transmetteurs étaient plus rapides. En augmentant l’activité électrique du corps, les neurones sont stimulés et les ressources décuplées. Cette activité électrique crée un stimuli qui permet au sportif d’avoir une réaction plus rapide, un esprit plus vif, une attention plus grande et des réflexes plus importants.

Activer les neuro-transmetteurs est la solution ! Le sportif pourrait devenir le nouveau Bob Beamon de son sport – athlète qui, aux Jeux Olympiques de Mexico en 1968, a explosé en 1 seule fois le record du monde du saut en longueur de 55 cm ! On entendrait alors une nouvelle fois poindre au loin les chants de « we are the champion »…

Alors ne demandez plus comment, mais pourquoi? Pourquoi, vous n’optimisez pas votre agrégat d’énergie dans son ensemble ? Et pourtant, il suffit de cliquer ici.