« Si vous voulez grossir, faites un régime ! »

Si vous voulez grossir, faites un régime - Photo : Getty

« Si vous voulez grossir, faites un régime ! »

Si vous voulez grossir, faites un régime - Photo : Getty

Article publié sur Madame Figaro par Nicolas Basse le 6 mai 2015.

 » Le 6 mai, c’est la journée internationale sans régime. L’occasion de faire le point sur les effets négatifs de ces pratiques, qui ont tendance à faire prendre plus de poids qu’à en perdre. Les médecins, diététiciens et nutritionnistes Jean-Michel Lecerf et Caroline Gayet nous expliquent pourquoi.

À l’heure où la minceur obsède les gens, les régimes se multiplient et sont de plus en plus prisés. Ainsi, en 2012, 24 % des Français ont tenté un régime. Par ailleurs, 60 % des femmes et 44 % des hommes ont déclaré vouloir peser moins lourd. Mais ils ignorent souvent que les régimes n’ont pas forcément des effets bénéfiques et peuvent même se révéler désastreux.

Pour Jean-Michel Lecerf, endocrinologue et chef du service nutrition à l’institut Pasteur de Lille, l’échec de ces régimes est principalement dû à la rapidité avec laquelle ils sont faits. « Perdre vite du poids est forcément très attractif. On met beaucoup d’espoir et de motivation dans ce genre de régimes amaigrissants, on pense que cela va bien se passer. Pourtant, ces méthodes comportent un énorme risque de reprise du poids perdu, voire d’une prise de poids plus importante que ce que l’on a perdu. »

Effet yoyo

Caroline Gayet, nutritionniste et diététicienne, explique pourquoi la reprise est quasiment inéluctable : « Pendant les régimes, particulièrement ceux qui préconisent des apports inférieurs aux besoins naturels, on perd à la fois du gras et du muscle. La perte est rapide. Mais après le régime, la phase de stabilisation est toujours insuffisante et les gens se remettent trop vite à manger normalement. Du coup, ils reprennent du poids. Le corps stocke tout ce qu’il peut sous forme de graisse, au détriment du muscle ; il « fait des réserves ». C’est ce que l’on appelle l’effet yoyo. Le régime est ressenti comme un danger par le corps. Au final, il y a donc une perte de muscle et une augmentation de la graisse. »

Autre effet négatif : plus on fait de régimes et moins ils ont de chance de réussir. « Il y a des personnes pour lesquelles les régimes marchent, bien sûr, mais ce n’est pas la majorité. Après chaque perte de poids, notre capacité de stockage de gras augmente et il devient alors de plus en plus difficile de se débarrasser des graisses », explique la nutritionniste. Un phénomène que confirme Jean-Michel Lecerf, qui est aussi directeur de recherche sur les régimes amaigrissants à l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses). « L’organisme ne pense pas à l’apparence, mais à la santé. Perdre beaucoup de poids en peu de temps est très mauvais : le corps fera tout pour limiter la perte de poids et empêcher que cela ne se reproduise. »

Accepter d’être patient

Mais alors, toute perte de poids serait-elle inenvisageable ? « Je dis souvent à mes patients : « Si vous voulez grossir, faites un régime ! » C’est un raccourci un peu provocateur. Il est possible de perdre du poids si on change ses habitudes alimentaires sur plusieurs mois, voire plusieurs années. En évitant les aliments les plus gras et les sucrés et, surtout, en faisant plus de sport », explique Caroline Gayet. Pour le docteur Lecerf, « il faut accepter d’être patient et de perdre du poids lentement, avec une certaine régularité. C’est à ce prix que la durabilité de la perte est garantie. Perdre 2 ou 3 kilos en une semaine, c’est n’importe quoi ».

Plus globalement, la tendance à suivre de type de régime inquiète les autorités sanitaires, comme l’explique le docteur Lecerf : « Parmi les personnes qui font des régimes, 30 % sont des femmes ayant un IMC (indice de masse corporelle, NDLR)normal et 15 % sont des femmes minces. Perdre du poids quand on n’a rien à perdre, c’est dangereux. » Plus embêtant encore : « 47 % des 11-14 ans souhaitent peser moins, ce qui n’était pas du tout le cas il y a une quinzaine d’années. La question du poids se pose donc de plus en plus tôt. Les gens doivent comprendre que leur corps est fait pour peser un certain poids et qu’on ne peut pas le modifier sur un coup de tête. »  »