Les films d'action comme The Island poussent à manger plus - Photo : Dreamworks / Warner Bros

Article publié sur Metronews par Marie Desgré, le 4 septembre 2014.

« SANTE – Les experts de la santé le répètent, manger devant la télé favorise l’obésité. Mais le type de programme regardé a peut-être une incidence sur la quantité de nourriture ingéré. Une nouvelle étude pointe du doigt les films d’action.

Mauvaise nouvelle pour les fans de Jason Statham, Sylvester Stallone et autres acteurs musclés : les spectateurs de films d’action ont une tendance au grignotage plus prononcée que les autres. C’est ce qui ressort d’une étude menée par des chercheurs américains, et publiée dans la revue médicale JAMA Internal Medicine.

Dans ce pays où la moitié des habitants est en surpoids ou obèse, ils ont voulu savoir si le type de programme regardé influençait notre façon de manger. « On sait que la télévision distrait ceux qui la regardent, au point qu’ils mangent parfois sans y prêter attention, jusqu’à dépasser leur seuil de satiété. Mais on sait peu de chose sur l’influence du programme regardé, de son contenu ou de son rythme », explique l’équipe de chercheurs menée par le Dr Aner Tal, spécialiste de la nourriture et du cerveau à l’université de Cornell à New York.

Film d’action contre émission télé

Pour leur expérience, les chercheurs ont étudié le comportement d’une centaine d’étudiants âgés d’une vingtaine d’années. Ces derniers ont été répartis en trois groupes : l’un regardait une émission de Charlie Rose, célèbre journaliste et présentateur américain connu pour ses interviews de personnalités politiques ou célébrités.

 Un autre groupe regardait un extrait de The Island, un film d’action de Michael Bay avec Ewan McGregor et Scarlett Johansson. Le dernier groupe regardait le même film, mais sans le son. Tous avaient devant eux des cookies, des bonbons à la noisette enrobés de chocolat, des mini carottes et des raisins.

Manger au rythme du film

Au bout de 20 minutes, les participants ayant regardé le film d’action avec le son avaient ingurgité 98 % de nourriture de plus, au poids, que ceux devant l’interview (206,5 grammes contre 104,3). Ramenée en calories, la différence était de 65 %. Dans le groupe qui avait regardé le film sans le son, on avait également consommé davantage (46 % de calories supplémentaires) que dans le groupe de l’interview.

« Plus les personnes sont distraites par un programme, moins elles font attention à ce qu’elles mangent. Et consomment en plus grande quantité », analysent les chercheurs, qui avaient choisi The Island pour son rythme. Selon eux, les plans se succédant à une vitesse rapide peuvent donner le tempo au spectateur, et déterminer le rythme auquel il mange. »