Muscler ses jambes pour prendre soin de son cerveau - Photo : © istock

Article publié sur Top Santé par Emilie Cailleau, le 17 novembre 2015.

« Des jambes musclées, toniques et fuselées aideraient à garder plus longtemps le cerveau en forme, selon une nouvelle étude britannique.

Squats, ciseaux, fentes. Les sportifs connaissent bien ces exercices de renforcement musculaire pour les jambes et les fessiers. D’après une étude du King’s College de Londres (Grande-Bretagne), cet entraînement serait bienvenu pour muscler non seulement le bas du corps, mais aussi le cerveau. Autrement dit, des jambes en béton aideraient à renforcer notre cerveau et à ralentir le processus de vieillissement des neurones.

Pour en avoir le cœur net, les chercheurs ont suivi pendant dix ans 324 femmes jumelles en bonne santé et âgées de 43 à 73 ans résidant au Royaume-Uni. Leurs capacités cognitives, leur mémoire et leur apprentissage notamment ont été évalués au début et à la fin de l’expérience.

Les résultats publiés le 9 novembre dans la revue Gerontology montrent que la puissance des jambes se révèle être un bon indicateur de la santé cérébrale, plus qu’un autre facteur physique. Plus largement, les jumelles avec des jambes musclées ont entretenu leurs facultés mentales après dix ans. Elles ont présenté moins de modifications cérébrales liées à l’âge que les jumelles avec des jambes plus faibles. « Il est intéressant de voir de telles différences sur la connaissance et la structure cérébrale de jumelles identiques qui présentaient une puissance de leurs jambes différente 10 ans auparavant », explique le Dr Claire Steves, auteure de l’étude.

Du sport spécial belles jambes

Cette publication confirme l’importance de maintenir une bonne forme physique en faisant du sport régulièrement pour se maintenir en forme « physiquement et mentalement », précisent les chercheurs. Les activités à privilégier pour des jambes (et un cerveau) toniques : par exemple la marche, le running, le vélo, la natation.

Néanmoins, d’autres travaux complémentaires sont attendus pour déterminer si cette association entre puissance des jambes et santé cérébrale se vérifie aussi chez les hommes. »