Les régimes font-ils maigrir ou grossir ?

Interview publiée sur Cosmopolitan d’Anne-Marie Adine, diététicienne, par Relaxnews.

 » Anne-Marie Adine, diététicienne, membre scientifique de l’Institut français pour la nutrition et de l’association française des Diététiciens nutritionnistes, tend à prouver dans son ouvrage Les régimes font maigrir ou grossir ? – 311 vérités et mensonges sur la minceur ! (en librairie le 24 février), co-écrit avec le médecin nutritionniste Hervé Robert, que trop d’idées reçues circulent sur la minceur.

A l’approche du printemps, avant de prendre la classique résolution « je perds du poids avant l’été« , la spécialiste lève le voile sur ces fausses idées et donne des conseils pour réhabiliter une alimentation équilibrée.

  • Relaxnews : Quelques mois après le rapport de l’agence nationale de l’alimentation (Anses) sur la dangerosité des régimes, vous enfoncez le clou avec votre livre. Qu’y apprend-on de différent ?

Anne-Marie Adine : On a commencé notre livre, avec le médecin nutritionniste Hervé Robert, environ six mois avant que l’Anses ne lance son anathème sur les régimes. Nous rejoignons les conclusions de l’autorité. A savoir : les régimes marchent, mais sur le court terme et sont souvent mauvais pour la santé. Le problème n’est pas tant les régimes, que la stabilisation du poids après l’amaigrissement.

  • R. : Votre ouvrage, au titre évocateur, tord le cou à plusieurs idées reçues dans le domaine des régimes. Quelles sont celles les plus répandues ?

A-M.A. : Cela m’amuse toujours de constater que les gens pensent que le pain fait grossir. Ce n’est pas le cas. Ce qui fait grossir, c’est d’en abuser. Au contraire, consommé avec modération, le pain a de bon qu’il est rassasiant. Autre idée préconçue : l’ananas fait maigrir. Là encore, cela est faux. Il n’existe pas d’aliment brûle-graisse ou miracle. Même si l’ananas renferme une enzyme permettant de décomposer les protéines, il ne fait pas maigrir. Le public pense aussi souvent que les fraises sont sucrées, voire trop sucrées. Et bien non. Ce fruit est souvent moins sucré que d’autres et les fruits rouges en général sont bons dans l’alimentation. Il ne faut juste pas en abuser, comme pour tout. Dernière croyance répandue : le bio fait maigrir. Ce n’est absolument pas vrai. Un aliment bio peut être aussi calorique qu’un aliment acheté en grande surface. Nous avons répertorié plus de 300 vérités et mensonges sur la minceur dans notre ouvrage.

  • R. : Beaucoup de personnes pensent aussi que ne pas manger fait maigrir. Que leur répondez-vous ?

A-M.A. : C’est complètement faux. Le corps aura tendance à stocker davantage le peu de fois où il recevra de la nourriture. Le risque aussi, c’est de perdre à la fois en masse graisseuse et musculaire.

  • R. : Concrètement, que préconisez-vous aux personnes qui disent « je ne suis pas en surpoids, j’ai quelques rondeurs localisées que je veux éliminer avant le retour des beaux jours » ?

A-M.A. : J’équilibre tout simplement mon alimentation. Si j’ai fait un repas copieux au dîner, le lendemain au déjeuner, je vais essayer de manger plus léger, tout en gardant une structure de repas saine, avec une entrée, un plat et yaourt, par exemple, le tout en quantité raisonnable. Parallèlement, je mets en place des exercices physiques. 30 minutes de marche par jour sont suffisantes. Une personne qui veut perdre un peu de ventre peut aussi faire des abdominaux, ou encore se masser et surtout boire beaucoup, mais pas trop pour ne pas faire de rétention d’eau.

  • R. : A l’inverse, si l’on vous dit « je suis clairement en surpoids, je veux perdre rapidement et durablement« . Que faire ?

A-M.A. : C’est impossible. La notion de durabilité va de paire avec celle du long terme. Une personne en surpoids devra forcément rééquilibrer ses habitudes alimentaires, sans en changer du tout au tout. Le plus important dans ce cas là est de consulter un spécialiste qui dressera un bilan alimentaire et médical, indispensable avant tout régime d’amaigrissement.

  • R. : Régime « bikini », « mayo », « fibres », détox »… Comment expliquez-vous que, tous les ans, un nouveau régime à la mode apparaisse ? Quel est celui qui devrait faire fureur cette année ?

A-M.A. : Ces phénomènes de mode s’expliquent de différentes façons. Premièrement, ils apparaissent à cause des personnes qui veulent maigrir rapidement, qui ont déjà essayé des régimes peu concluants et qui du coup tentent une nouvelle méthode. Deuxièmement, le marketing autour des régimes, surtout à l’approche du printemps, est plus virulent et très présent. Il suffit qu’un « gourou », une personne charismatique, porte un régime pour qu’il soit question d’une mode.

  • R. : Chaque année, les jeunes femmes, voire les adolescentes, veulent retrouver la ligne avant l’été. Peut-on entreprendre un régime à n’importe quel âge ?

A-M.A. : Certainement pas. Pour les enfants en surpoids, je recommande de consulter un médecin et d’instaurer un suivi, avant de les mettre à la diète. Les adultes doivent, eux, rééquilibrer leur alimentation avant de se lancer dans un régime. Et quant aux personnes âgées, je suggère qu’on les laisse en paix. L’embonpoint est naturel avec l’âge. Il faut juste s’assurer qu’il ne cause pas de problèmes collatéraux.

  • R. : A vous entendre, il est impossible de faire des généralités…

A-M.A. : Non, c’est vrai. Tout individu est différent, et son corps réagira différemment en fonction des régimes. Ce n’est pas parce qu’un régime a fonctionné sur une amie qu’il fonctionnera sur moi. Si une personne décide de suivre une méthode d’amincissement sur Internet, il faut qu’elle garde à l’esprit qu’elle devra l’adapter à ses préférences. Si par exemple, elle adore manger des pommes, elle devra inclure cet aliment dans son régime. C’est important de réhabiliter le plaisir de manger et de comprendre que bien manger, ne signifie pas créer des frustrations. L’important, c’est de manger équilibré, de tout et de ne pas négliger une activité physique.

  • R. : Quel(s) régime(s) déconseillez-vous formellement ? Celui qui vous choque le plus ?

A-M.A. : Je ne citerai pas un régime en particulier. En revanche, je déconseille fortement les régimes liquides, car l’organisme est mal adapté à ce type d’alimentation et du coup reconnait mal les calories liquides. Tous les régimes trop sévères, qui ne mettent en avant qu’un seul aliment, et créent de fait des carences sont à proscrire. La tendance du manger mou n’est pas bonne non plus. Pour éliminer plus facilement les aliments, le corps a besoin de mastiquer, de créer de la salive, de faire travailler les muscles. Il faut faire attention à ne pas consommer que des aliments faciles à croquer.

  • R. : Pour résumer, pourriez-vous nous rappeler quels sont les aliments indispensables à une alimentation équilibrée ?

A-M.A. : Les gens doivent vérifier qu’il y a du laitage pour le calcium. Par exemple, le lait de soja ne peut pas se substituer au lait de vache. Le régime ne doit pas être trop riche en protéïnes, ni trop pauvre. Il est important de boire beaucoup d’eau et de ne pas supprimer les fruits. Boire un jus d’orange ne revient pas à manger une orange. Dans le dernier cas, le consommateur sera plus rassasié que dans le premier. Mais en tout état de cause, le meilleur régime est celui établi par un médecin, nutritionniste ou diététicien. Enfin, l’activité physique ne doit pas être négligée. Après tout, ce n’est qu’une question de bon sens. »