Cette souplesse naturelle est due aux hormones féminines, les œstrogènes.[CC / Pixabay / Domaine Public]

Article publié sur Direct Matin le 24 Mars 2015.

« Sans travail spécifique d’étirements, il est généra­lement plus facile pour une femme que pour un homme de réaliser un grand écart, par exemple.

Cette souplesse naturelle est due aux hormones féminines, les œstrogènes. En effet, celles-ci favo­risent la rétention d’eau, ce qui ­assouplit les fibres composant les ligaments féminins.

Ce phénomène peut être comparé à une éponge humide, qui est plus mal­léable qu’une éponge sèche. Et plus le taux d’œstrogènes est élevé, comme en milieu de cycle ou en période de grossesse, plus les ­ligaments sont élastiques.

Des qualités dopantes…

C’est pourquoi certains ­entraîneurs d’Allemagne de l’Est ont été accusés d’avoir forcé leurs gymnastes, dans les années 1960-1970, à tomber enceinte avant d’avorter au bout de quelques ­semaines.

Une opération visant à l’époque à accroître leurs performances en vue des qualifications pour les Jeux olympiques. »