Les étapes du Yoga

Les étapes du Yoga

Suivre les voies du yoga sur les traces des Yogis, emprunter le chemin qu’’ils ont pris. Choisir d’’emprunter ce sentier, l’’observer et en retracer l’’origine, pour savoir où il mène et le suivre en toute conscience.

La génèse

Comme expliqué dans « l’origine du yoga », des hommes ont expérimenté des techniques, dans un lieu imprécis, un peu partout, on ne sait où, pas forcément en Inde. Ce dont on est sûr, c’’est qu’’une fois le continent indien atteint, ces techniques expérimentales ont connu un essor constant. Durant cette période d’’expérimentation, l’’aboutissement et l’’harmonie qui résultent de l’’ensemble des techniques n’’avaient pas de nom, on ne se souciait ni de les nommer ni de les hiérarchiser, les pratiques étaient libres et anarchiques. Puis, la langue sanskrite propre au continent indien s’est chargée de nommer chacune d’’elles et notamment elle nomma l’’union parfaite, le yoga.

Les voies à suivre

Pour atteindre le but ultime yoga, différentes voies sont nées de la culture aryenne en Inde. On ne sait pas ce qui des techniques expérimentales ou de la culture indienne a influencé l’autre, mais on peut vraisemblablement dire que ces techniques et cette culture se sont construites conjointement, par synergie. Dans la tradition védique, les pratiques des ascètes Samnyasin et celles des Sâdhus, expérimentées depuis des millénaires, ont donné naissance aux voies traditionnelles du yoga et aux écoles qui les enseignent. Toutes ces voies mènent au même objectif, le yoga et la fameuse union qui en découle.

La voie de la dévotion

En sanskrit « bhakti yoga », elle est une pratique dite spirituelle. L’’adepte se dévoue totalement à une divinité qui représente le symbole de l’’énergie absolue. L’’objectif du pratiquant en bhakti yoga est de créer l’’union en abandonnant sa condition humaine, en la laissant à la disposition de sa partie divine et en laissant agir cette dernière. Un peu comme si l’’on abandonnait l’’ensemble de son être (physique, énergétique et psychique) sur une plage, aux rayons du soleil, pour être le soleil.

La voie de la connaissance

En sanskrit « jnana yoga », elle est une pratique dite d’’investigation de soi, dans son sens constitutif et élémentaire. L’’objectif du pratiquant en jnana yoga est la recherche de l’’union par l’’investigation de l’’ensemble de son être (physique, énergétique et psychique). Grâce à l’’observation, le discernement et l’’analyse, l’’adepte constate qu’’il est une partie de données limitées dans un ensemble illimité. Grâce à cette conscience grandissante, il va repousser ses limites et ainsi se déplacer vers la connaissance absolue. Un peu comme un chercheur passant sa vie à examiner la vie d’’un oiseau en particulier, qui, à force, devient lui-même cet oiseau, volant ainsi de ses propres ailes.

La voie de l’action désintéressée

En sanskrit « karma yoga« , elle est une pratique appelée de l’’action karma. L’’adepte agit au quotidien sans rien attendre en retour ; l’’ensemble de son être (physique, énergétique et psychique) se laisse porter par les événements. Un peu comme une feuille tombée dans un ruisseau se laisse emporter par le courant de l’’eau sans destination bien précise. Laissant agir l’’absolu à travers lui et devenant celui-ci par l’’abandon de soi.

Ces trois voies visent le même objectif : réaliser le yoga, l’’union. Les yogis libérés ont utilisé ces trois voies ou certaines d’’entre elles. En amont de ces trois premières, deux autres voies d’’action permettent au pratiquant d’être dans de meilleures dispositions, de s’’ouvrir à elles.

La voie (dite) royale

En sanskrit « raja yoga« ,  elle est une pratique de méditation qui permet à la partie subtile de l’être (la partie psychique), d’être débarrassée des fluctuations mentales qui font obstacle à son évolution.

La voie de l’action

En sanskrit « kriya yoga« , elle est une pratique de l’’action. Elle vise l’’assainissement du corps et de ses composantes avant la pratique méditative. C’’est la voie la plus active pour l’’ensemble de l’’être (physique, énergétique et psychique). Elle permet la maîtrise des énergies de l’’être dans son ensemble, utilisant les techniques ancestrales expérimentées par les yogis originels. Elle est le carburant nécessaire pour arriver à destination.

Une personne désirant se réaliser en marchant sur les traces des Yogis pour atteindre l’’union parfaite « yoga », franchit en toute logique les étapes dans l’’ordre suivant :

  1. la voie de l’action, kriya yoga
  2. la voie royale, raja yoga

Puis viennent à elle trois voies possibles, menant au même endroit par des chemins différents :

  1. la voie de l’action désintéressée, karma yoga
  2. la voie de la connaissance, jnana yoga
  3. la voie de la dévotion, bhakti yoga

Parmi ces trois on peut choisir de n’en prendre qu’une seule, mais on peut aussi en prendre deux ou trois, dans l’’ordre ou dans le désordre.

L’histoire des étapes

La naissance de Siddharta Gautama

Au VIe siècle avant JC, illustre prince du nord de l’’Inde renonce à son titre de noblesse, « la grande renonciation ». Il décide d’’avancer sur les traces des Yogis. Il suit alors leur formation dans l’’apprentissage des techniques yogiques en respectant probablement l’’ordre préconisé, présenté ci-dessus.
Siddharta Gautama atteint le but ultime, yoga, l’’union parfaite, par la voie du jnana yoga. Il s’’ouvre à l’’absolu par l’’intellect, « buddhi » en sanskrit.
On lui donne alors le titre de Bouddha, qui signifie éveillé par l’intellect, buddhi, aspect du mental plus élevé qu’’un mental rationnel.

Bouddha ouvre ensuite de nombreuses écoles et développe son enseignement que l’’on retrouve encore aujourd’hui dans certaines écoles de Yoga. Son enseignement privilégie les voies du raja yoga (la voie royale) et du jnana yoga (la voie de la connaissance) comme premières étapes vers la réalisation de soi.
Le mouvement bouddhiste prend alors son essor, jusqu’au VIe siècle après JC, puis il perd de ses forces et est sur le déclin.

La naissance des premières étapes

II a fallu attendre entre le IIe et le IIIe siècle après JC, pour que Patanjali rassemble et répertorie les différents écrits et les compile sous la forme d’’un recueil, le Yoga sutra. Avant cela et depuis le IIe siècle avant JC, les écrits sur les techniques millénaires étaient éparpillés un peu partout. Il était donc difficile d’’en avoir une vue d’ensemble.
Le yoga sutra de Patanjali n’’a rien à voir avec un manuel didactique, bien au contraire ; il codifie et hiérarchise les techniques ancestrales, il propose de suivre des étapes, adaptant ces techniques à ses contemporains. C’’est un véritable mémento du cheminement yogique. À l’’intérieur de ce recueil se développent les différentes voies traditionnelles, et de nos jours encore, on y trouve une réelle base de travail. Les étapes du yoga préconisées par Patanjali sont décrites comme une véritable cartographie de l’’itinéraire yogique et cette carte, avec ses chemins, mène à destination des yama, niyama, asana, pranayama, pratyahara, dharana, dhyâna et samadhi.

La naissance des étapes du hatha yoga

La décadence bouddhiste va durer jusqu’au VIIIe siècle après JC, jusqu’à ce qu’’intervienne un autre personnage : Goraksha.
Goraksha prend conscience que les techniques bouddhistes et les étapes de Patanjali sont au fil du temps devenues obsolètes. Il décide de les actualiser en reformant les étapes de Patanjali et en simplifiant les techniques de raja yoga préconisées par les bouddhistes.

Dans un premier temps, cette mise à jour supprime définitivement les 2 premières étapes de Patanjali : yama – les règles sociétales et niyama – les règles personnelles (voir les étapes), ces deux règles afférentes à la sécurité et intégrées par la société depuis bien longtemps n’’ayant plus lieu d’être.

Dans un deuxième temps, Goraksha supprime temporairement les techniques de raja yoga : dharana – concentration, dhyana – méditation et samadhi – première étape de l’’union yoga. (voir étapes).

Après épuration, sur les huit étapes proposées par Patanjali, il n’en reste plus que trois :

  1. asana – posture
  2. pranayama – maîtrise du souffle
  3. pratyahara – retrait des sens

À cette époque, les conditions de vie et de travail ont changé, plus pénibles et plus éprouvantes. L’’organisme est constamment sollicité. Goraksha propose donc une nouvelle étape : shatkarma – le nettoyage corporel interne et externe.

Trois étapes sont donc privilégiées : shatkarma, asana et pranayama. Ces trois étapes sont indispensables en amont de toute pratique méditative liée au psychisme. Elles assainissent tous les éléments constitutifs du corps. Du bienfait de ces trois étapes résulte pratyahara, puis à son tour pratyahara permet, grâce à ce travail d’’assainissement, de suivre la voie royale, l’’union yoga. Ensuite, s’’ajoutent les étapes d’’origine : dharana, dhyana et samadhi, permettant d’’aborder les trois voies traditionnelles dans de bonnes conditions.

Goraksha propose donc de nouvelles étapes plus adaptées au mode de vie de l’’époque et plus proches de notre mode de vie actuel. Ce n’’est plus une simple cartographie, mais plutôt un système de géolocalisation pour l’’union, un manuel pratique détaillant chaque technique et chaque étape. On retrouve alors dans l’’ordre : shatkarma, asana, pranayama, pratyahara, dharana, dhyana et samadhi. (voir étapes).
Il devient alors l’’un des fondateurs du hatha yoga (ha : soleil, tha : lune, en référence à l’’assainissement du corps physique et énergétique et au rééquilibrage de l’’organisme).
L’’ensemble des écrits de Goraksha : goraksha samhita, hatha yoga pradipika, … sert de base à la majorité des yogas proposés actuellement dans le monde.

Les étapes de la méthode FDY

Grâce à la proposition de Gautama Bouddha, il est possible d’’atteindre le but ultime en suivant les traces des yogis.

À l’’aide de la cartographie de Patanjali, le chemin à suivre, avec ses voies et ses étapes, est connu de tous.
Et les manuels mis à disposition par Goraksha donnent le moyen de locomotion et les techniques produisant l’’énergie nécessaire pour arriver à bon port.

Que les étapes émanent des Yogas Sutra de Patanjali ou, et principalement, du hatha yoga de Goraksha, elles sont à l’origine de tous les yogas connus à ce jour.

La méthode FDY respecte toutes les étapes du hatha yoga. Celles-ci font partie intégrante de la pratique, dans chaque technique et dans chaque séance. Elle vous offre les moyens d’’atteindre votre destination. Le choix de se mettre en route peut se prendre à tout moment, alors pourquoi pas maintenant