Il serait désormais plus dangereux de ne pas pratiquer d'activités sportives que de fumer. DURAND FLORENCE/SIPA Photo

Article publié sur Metronews par Alexandra Bresson, le 16/05/2013.

« SPORT – Selon une étude réalisée par l’International Chair on Cardiometabolic Risk, la sédentarité combinée à une alimentation déséquilibrée est devenue un facteur de mortalité précoce plus important que la cigarette.

Préférer l’ascenseur aux escaliers, les transports à la marche, la télévision à la promenade… Au même titre que l’obésité, l’insuffisance d’activité physique représente une véritable épidémie. Selon une étude de l’International Chair on Cardiometabolic Risk (ICCR), le manque d’exercice est responsable de près 5,3 millions de décès par an. C’est encore plus que le tabac, qui provoque 5,1 millions de décès sur une même période.

En clair, ne pas faire de sport est véritablement devenu synonyme d’une espérance de vie réduite. Un risque qui concernerait pas moins de 35% de la population mondiale. « On a beaucoup parlé des méfaits du tabac mais pas assez des conséquences d’un manque d’activité physique, explique à Metro le professeur Martine Duclos, endocrinologue et experts de l’ICCR. Une personne est considérée comme inactive si elle pratique moins de 30 minutes d’activité physique modérée par jour ».

Des gestes adaptés à chacun

S’ajoutent à cela d’autres facteurs comme « une consommation riche en sucre, sel, gras et en boisson sucrées », précise l’ICCR. Résultat : le risque d’obésité, de cancer et de diabète a augmenté d’un quart, et ce avec toutes les complications de santé qui y sont liées. Pourtant, plus efficace que n’importe quel traitement, l’activité physique est à la portée de chacun, car des gestes simples peuvent être pratiqués par tous, sportifs ou non-sportifs.

« Pour se prévenir de ces maladies il n’y a pas besoin de brusquer son corps : si l’on travaille assis plus de huit par jour il suffit de se lever une minute toutes les heures pour prendre un verre d’eau, déplacer un dossier ou encore parler à un collègue. Le plus important est de modifier ses habitudes à son rythme mais de manière durable », ajoute Martine Duclos.

Ainsi, l’ICCR préconise une série de gestes simples pour effectuer ses trente minutes d’exercice quotidien : aller au travail à pied ou à vélo, se garer plus loin ou descendre une station avant son travail ou faire ses courses à pied. Sans compter qu’il est possible de faire d’une pierre deux coups : une activité physique régulière est également un bon moyen pour limiter sa consommation de tabac. »