La cigarette électronique est-elle efficace pour arrêter de fumer?

Interview du Dr Philippe Presles dans Le Figaro Santé.

« Bien utilisée, la e-cigarette est le meilleur moyen de se libérer du tabac selon le Dr Philippe Presles, et sa dangerosité est sans commune mesure avec le tabac.

LE FIGARO MAGAZINE – La vaporette est-elle vraiment efficace pour arrêter de fumer?

Dr Philippe PRESLES – Depuis un an, dès que je croise un vapoteur, je l’interroge. Les trois quarts d’entre eux me répondent qu’ils ont pu arrêter grâce à cela. Un quart continue d’avoir un usage mixte, et environ 2 % fument tout autant. C’est l’histoire d’un succès, confirmé par les chiffres, avec 7 millions de vapoteurs en Europe en quelques années. Parallèlement, les ventes de tabac chutent, avec moins 8 % depuis le début de l’année. Il y a un transfert, c’est indéniable.

Ensuite, il ne faut pas faire n’importe quoi. Par exemple, seuls les modèles récents et de qualité permettent aux fumeurs d’obtenir suffisamment de nicotine pour leur besoin. Mais si la e-cigarette est extrêmement efficace, c’est parce qu’elle comble deux manques: le manque physique, la nicotine, mais aussi le manque psychologique qui, je pense, est le plus difficile à sevrer. On peut se convaincre avec la e-cigarette de vapoter «juste pour le plaisir», ce qui est la principale motivation du fumeur classique. C’est pour nous, les praticiens, une révolution: moins on sollicite la volonté, plus on a de chance de réussir à se passer de la cigarette.

Beaucoup de questions circulent sur la dangerosité de la cigarette électronique, qu’en est-il?

Je répondrai simplement: en passant à la cigarette électronique, vous allez échapper aux terribles poisons du tabac. Vous allez arrêter d’augmenter votre risque de cancer, de bronchite chronique, d’infarctus… Ensuite, la plupart des produits que contient aujourd’hui la cigarette électronique sont d’usage courant. On les retrouve dans les aliments comme le propylène glycol ou le glycérol, qui ont pour propriété de garder l’humidité, notamment dans le pain de mie. Il existe des impuretés qui ont fait beaucoup parler d’elles, mais on en retrouve aussi dans des produits très répandus.

Mais les effets à long terme?

Certes, nous ne pouvons pas aujourd’hui les mesurer. Mais il faut rester pragmatique en comparant cette relative inconnue avec la certitude de mourir du tabac dans un cas sur deux à cause du monoxyde de carbone, des goudrons et des particules fines. Rien de tout cela dans la cigarette électronique. L’industrie du tabac l’a bien compris. Elle a tenté de lutter contre la cigarette électronique, après avoir cherché en vain à inventer la cigarette sans danger, et aujourd’hui elle investit ce marché prometteur qui va lui voler des parts de marché considérables. Pour le bien et la santé de tous. »