Sport et articulations

Caroline Rouvier, ostéopathe à Marseille, répond aux questions de FDY.

FDY : Est-ce que tous les sports sont bons pour la santé ?

Caroline Rouvier : Tout dépend de la personne, de ses antécédents, de son style de vie et de son tonus de base. Je préconiserais davantage les sports qui font travailler le corps en symétrie (surtout jusqu’à l’âge du jeune adulte avant lequel le squelette et l’armature autour se développent). Je conseille souvent à mes patients de compléter leur activité physique quelqu’elle soit par du gainage (par du yoga ou du pilates par exemple) qui va permettre de renforcer les muscles de la postures et donc protéger la charpente du corps. Après je ne pense pas qu’un sport soit plus à déconseiller qu’un autre du moment qu’il est fait en respectant son corps, en acceptant ses capacités et ses limites.

FDY : Que pensez-vous de la méthode qui consiste à travailler d’abord les articulations, puis à muscler l’entourage proche de l’articulation et en dernier gainer la périphérie ?

C.R. : C’est une méthode pertinente notamment dans le cadre d’un entraînement. Effectivement, il faut d’abord renforcer la structure osseuse, puis muscler les alentours, de la partie centrale à la périphérie.

FDY : Est-il bon de faire des mouvements de rotation aux articulations : genou, poignet, cou, tête avant la pratique d’un sport, notamment la course à pieds ?

C.R. :  Oui, car la course à pieds est un sport global qui fait participer beaucoup d’articulations. Il vaut mieux assouplir les articulations avant de les solliciter, notamment dans ce sport. J’émets cependant une réserve sur la rotation au niveau des cervicales… Il est préférable de ne pas faire une rotation complète de tête mais plutôt un U car le mouvement d’extension pure favorise l’arthrose.

FDY : Le vélo est-il bon pour les articulations ?

C.R. : Le vélo peut être bon ou mauvais, comme tous les autres sports. Cela dépend de la force exercée par rapport à ce que peut supporter le corps, du nombre d’heures, du terrain sur lequel il est pratiqué, etc… Il peut être utilisé par le kinésithérapeute en rééducation comme être la cause chez le grand sportif d’arthrose excessive à ce niveau. Il faut voir au cas par cas.

FDY : Avez-vous des techniques ou des conseils pour éviter les tendinites et les claquages ?

C.R. : En ostéopathie nous travaillons sur la mobilité de chaque structure osseuse, sur laquelle vient s’insérer le muscle. Si le muscle travaille plus – suite à un manque de mobilité d’un des os sur lequel il s’insère – il sera davantage sollicité et risquera une inflammation. Cette dernière se retrouve la plupart du temps au niveau des extrémités, donc des tendons, entraînant des tendinites. C’est pour cette raison que, dans certains cas, l’ostéopathie aide pour ce motif de consultation. Pour les claquages, en se basant sur le même raisonnement, l’ostéopathie peut agir.

FDY : En cas d’arthrose, vaut-il mieux agir en mode préventif ou curatif ?

C.R. : Il vaut toujours mieux agir en mode préventif qu’en mode curatif, arthrose ou pas. En cas d’arthrose, la prévention doit être douce, globale et ne pas cibler une articulation en particulier ! Le corps réagira toujours mieux que suite à un traitement curatif.

FDY : Que préconisez vous pour agir sur la tonicité des muscles ?

C.R. : Une bonne alimentation. Variée, équilibrée, et surtout une bonne hydratation (environ 1,5 Litre d’eau par jour). Un muscle performant est un muscle qu’on nourrit correctement. Ensuite le travail de gainage et d’équilibre postural aide à améliorer son tonus, et par la suite, tout renforcement musculaire.

FDY : Comment obtenir une tenue correcte du corps?

C.R. : En premier lieu, éviter le stress  sinon le diaphragme se ferme et vous vous retrouvez en position renfermée, donc penché en avant. En ostéopathie, nous travaillons sur l’équilibre postural, en particulier sur les chaînes posturales. Notre travail peut se compléter par de la ciné de Mézières musculaires pour obtenir un bon équilibre entre les différentes chaînes musculaires.

FDY : Conseillez-vous des aliments en complément de vos manipulations? 

C.R. : Oui, dans certains cas. Par exemple, les noix, les amandes, les poissons gras qui sont des Oméga 3 avec des propriétés, entre autre, anti-inflammatoires. Je ne suis pas nutritionniste et préfère orienter dans la plupart des cas le patient pour compléter la prise en charge.

Contact :

Caroline Rouvier, Ostéopathe D.O.

06 16 14 15 40

287 Avenue du Prado, 13008 Marseille

www.rouviercaroline-ostéopathe.fr