Addictions : tabac

Retrouvez un long extrait du livre « Vive le tabac » de William T. Whitby, docteur australien, que le site Sott.net a mis en avant.

 » En 1982, William T. Whitby, docteur australien écrivit « Vive le tabac », livre où il présentait un certain nombre de données scientifiques contre la propagande anti-tabac qui existait déjà à l’époque depuis de nombreuses années.

Extraits :

« On peut se demander pourquoi un simple médecin a décidé d’écrire un livre pour dénoncer la très sérieuse campagne mondiale anti-tabac ? La réponse est que je ne pouvais plus supporter les inepties et la malhonnêteté de cette campagne. Je ne suis d’ailleurs nullement un «docteur isolé» dans la mesure où de nombreux médecins me soutiennent. La crainte du tabac est, sans doute, un des plus grands canulars de tous les temps. Pour en apporter la preuve, j’avais placé dans un journal une annonce offrant 10 000 $ à celui ou celle qui pourrait prouver que fumer est bien la source d’une maladie cardiaque ou du cancer du poumon. Personne n’a relevé le défi. »[…]

« Que disaient les Indiens d’Amérique du Nord aux premiers explorateurs : «nous fumons pour calmer notre toux. » Mais pouvait-on croire des « sauvages», même s’ils ne faisaient que relater ce qu’ils avaient observé ? Et fallait-il mépriser leurs coutumes ancestrales, uniquement parce qu’ils n’étaient pas «civilisés », contrairement aux conquérants venus d’Europe ? »[…]

J’ai proposé à certains de mes patients prédisposés à la bronchite ou à l’asthme, de fumer. [..] et les malades extrêmement reconnaissants. Par conséquent, certains scientifiques croyant que les bronchites chroniques engendrent souvent le cancer du poumon, il paraît raisonnable de s’en protéger en fumant. [..] les médecins conseillaient fréquemment de fumer pour soulager l’asthme, mais de nos jours ce n’est plus à la mode. Il est intéressant à ce sujet de lire le rapport du Dr FE Cayley, de la Brighton Chest Clinic, paru dans le British Medical Journal du 14 janvier 1978 et dans lequel il déclare : «Il est maintenant évident que l’allergie de type 3 est plus courante chez les non-fumeurs. On peut en déduire que le tabac crée une couche protectrice de mucus qui empêche les allergènes […]

« J’ai remarqué que les fumeurs ne sont pas aussi hypertendus que les non fumeurs. Cette observation est confirmée par des chercheurs indépendants qui ont découvert que la nicotine réduisait la tension des muscles des parois artérielles commandant la dilatation ou le rétrécissement des vaisseaux. Il en ressort qu’en réduisant la tension musculaire, on réduit d’autant les risques d’artério-sclérose. Savez-vous que, bien qu’il ne s’agisse pas vraiment de nicotine, l’acide nicotinique est communément prescrit dans le monde entier en cas de problèmes de circulation. Mais le simple mot de nicotine n’est pas acceptable pour les «tabacphobes». Comme on ne peut le remplacer par aucun autre produit efficace, il a été suggéré d’en changer l’appellation afin que les malades ne puissent pas imaginer qu’ils aient été soulagés par la nicotine ! » […]

« En 1982, lors d’un congrès médical aux USA, le célèbre professeur GN Schnauzer de l’Université de San Diego a déclaré que l’on savait très bien, et depuis longtemps, grâce à des expériences faites sur des animaux, que certains composants de la cigarette agissaient comme anti-cancérigènes. Il a ajouté que lorsque des éléments cancérigènes connus étaient utilisés, on pouvait arrêter leurs effets en utilisant des composants de la nicotine [..] Le gouvernement américain ne voulait pas divulguer la conclusion du fameux rapport Framingham qui affirmait que la fumée immunisait contre le cancer du gros intestin. Il fallut attendre 1981 pour qu’elle soit publiée par le « Journal of the American Medical Association ». On pouvait y lire que le cancer du gros intestin était quatre fois plus fréquent chez les non-fumeurs que chez les fumeurs. »

[…] « Un autre bienfait du tabac est de combattre l’obésité que l’on trouve communément chez les hyper-tendus et chez les cardiaques. » […]

« Des scientifiques du King’s College Hospital à Londres, faisant des recherches sur la maladie de Parkinson, furent étonnés de découvrir qu’elle était plus fréquente chez les non-fumeurs […]

« Dans le New Scientist d’avril 1967, le professeur JH Burn d’Oxford écrivait que la nicotine avait des effets bénéfiques sur le cerveau […]

« En fait par rapport à d’autres maladies, le cancer du poumon est relativement rare. Le risque de l’attraper est minime comparé au risque d’être renversé par une voiture. De plus, ceux qui en sont atteints, ont en général dépassé la soixantaine. M. Becklake, professeur d’épidémiologie à l’Université de MCGill, a osé poser la vraie question : « pourquoi 99 % des fumeurs n’attrapent-ils pas le cancer du poumon ? » Fumeur ou pas le risque est le même. » […]

Puis-je demander, enfin, pourquoi il n’a pas été possible d’inoculer le cancer du poumon à des animaux en laboratoires, alors qu’apparemment on y arrive aisément avec d’autres agents cancérigènes. Pourquoi pas avec le tabac ? » […]

« Pour le professeur P. Burch de l’Université de Leeds, le cancer est dû à une mutation des cellules des tissus et n’a rien à voir avec le tabac. » […]

Les médecins les moins malhonnêtes reconnaissent qu’il n’existe aucune preuve scientifique. » […]

« Il y a quelques années, un médecin écrivait : «Nous savons tous que fumer donne le cancer du poumon. Nous n’avons pas le temps d’attendre des confirmations scientifiques; il faut agir immédiatement. Nous aurons les preuves plus tard.» Accepter cet état de choses, c’est revenir au Moyen Âge […]

« Professeur MB Rosenblatt, du New York Medical Journal : « Tout cela n’est que fantaisie pure et simple. En effet, cette théorie anti-tabac ne repose sur aucunes données scientifiques. […]

« Professeur P Burch de l’Université de Leeds : «établir une relation entre cancer du poumon et tabac démontre une complète ignorance de la logique scientifique. Ce zèle excessif conduit à de curieux raccourcis et à des conclusions prématurées telles celle qui conduit à croire a priori que fumer aurait une incidence sur le cancer du poumon.» […]

« Dr Ronald Okun, directeur de Clinical Pathology à Los Angeles : «En tant que scientifique, je n’ai trouvé aucune preuve convaincante de ce que la cigarette soit la cause du cancer du poumon.» […]

« Professeur Epstein de l’Université d’Illinois, non-fumeur convaincu,déclarait : «Il est maintenant admis que la plupart des cancers sont dû à l’environnement. Pour échapper à leur responsabilité, les industriels ont jeté l’anathème sur la cigarette. Ce n’est toutefois par le tabac qui explique la progression du cancer du poumon, puisque le nombre de malades atteints par cette maladie a doublé chez les non-fumeurs. » […]

« Autre élément étrange : pourquoi cet intérêt soudain pour préserver la santé des Américains dans un domaine bien précis, le cancer du poumon ? Ce n’est pourtant pas la maladie la plus répandue. En fait, cette campagne intéresse avant tout les gouvernements qui utilisent de plus en plus l’uranium [..] Elle n’est pas sans arranger non plus les industriels qui polluent l’environnement, avec leurs produits cancérigènes, qui de ce fait même,n’apparaissent plus comme les responsables essentiels du cancer du poumon. […]

« Très vite, des voix se sont élevées parmi les scientifiques pour condamner le principe de cette théorie non fondée. Des experts comme Rosenblatt et Hupper ne furent pas entendus tant le battage fait autour de cette campagne était énorme. […]

« Ce qu’on peut appeler un lavage de cerveau a été un succès puisqu’il a atteint la plupart des hommes politiques responsables dans les États du monde entier. C’était bien là, d’ailleurs, le but de l’opération.

[…] «