Cerveau et muscles communiquent - Photo : © Thinkstock

Article publié sur Madame Le Figaro par Ophélie Ostermann, le 20 novembre 2015.

« Bonne nouvelle pour nos comptes en banque : une étude britannique révèle que les personnes qui pratiquent la marche rapide, à hauteur de 30 minutes par jour minimum, ont tendance à être plus minces que celles qui s’adonnent à d’autres activités physiques.

Pour garder la ligne, est-il plus judicieux de marcher 30 minutes chaque jour ou de pousser les portes d’une salle de sport ? Pour les chercheurs de la London School of Economics, cités par la chaîne d’information américaine CBS News, la première réponse semble la bonne.

Afin d’analyser les liens entre différents types d’activité physique et la gestion du poids, ces derniers ont scruté les données de l’Enquête annuelle sur la santé anglaise, recueillies auprès de 50.000 personnes (1) entre 1999 et 2012. Ils ont ainsi évalué le rythme auquel les Anglais pratiquaient la natation, le cyclisme, le squash et la marche rapide, l’intensité de leur pratique, leur indice de masse corporelle (IMC) et leur tour de taille. D’après les conclusions de l’étude, publiées dans le Journal of Risk Analysis, les personnes qui pratiquent la marche rapide au moins 30 minutes par jour ont un IMC plus bas et un plus petit tour de taille que ceux qui pratiquent un autre sport régulièrement. Un constat qui vaudrait avant tout pour les femmes.

L’intensité est la clef du succès

Attention, toutefois : l’étude parle ici de marche rapide et non de promenade. « Notre étude conseille de pratiquer une activité sportive à un niveau plus élevé que ce qui est confortable » a déclaré le Dr Lordan à la chaîne CBS News. En d’autres termes, à pratique et à fréquence égales, c’est bel et bien l’intensité de l’activité physique qui permet de contrôler son poids, selon les chercheurs. À condition, bien sûr, que l’hygiène de vie suive et que la pratique soit régulière.

Même discours pour le coach sportif René Gradel, interviewé par Lefigaro.fr/madame en février. L’effort intense est la clef de l’efficacité, car il permet de brûler plus de graisses. Il donne l’exemple de la méthode fractionnée dans la pratique du running : « On alterne efforts intenses sur une courte durée avec des périodes de récupération et on dépense plus d’énergie. Le corps commence par puiser dans les sucres et, une fois ces derniers épuisés, il brûle des graisses. » Le coach sportif Romain Moreau explique quant à lui qu’en se contentant d’avoir la même pratique encore et encore, le corps s’habitue, ce qui rend l’effort moins efficace : « Un effort intense sollicite davantage les muscles et entretient la masse musculaire. Plus celle-ci est développée, plus on brûle les calories à moyen et à long terme. »

Les bienfaits de la marche rapide

Avec les résultats de l’étude, les chercheurs de la London School of Economics voient d’excellents arguments pour lancer une campagne de santé publique et enrayer le fléau de l’obésité en Angleterre. Dans le cadre d’une perte de poids, le coach sportif Romain Moreau explique que la marche est moins efficace que la course, bien que « toute activité physique soit bonne à prendre ». Pour qu’elle soit productive, « il faut que la marche soit intense. Autrement dit que nous marchions assez vite pour que notre fréquence cardiaque soit proche du maximum », précise le professionnel.

En revanche, elle s’avère très utile lorsque l’on souhaite reprendre le sport après une longue interruption. « Faites, deux fois par semaine – ou plus -, de longues marches, de plus en plus rapides et de plus en plus longues. Quand vous vous sentez prêt(e), intégrez la course à la marche sur une petite distance, pendant 1 minute et demie ou 2. Puis reprenez la marche. Réduisez ensuite chaque semaine votre temps de marche, de 20 % par exemple », conseille le professionnel. Elle permet également aux personnes ayant pris beaucoup de poids de ne pas fragiliser leurs articulations. Sans compter qu’une demi-heure de marche libère l’esprit et… ne coûte rien!

(1) Les données recueillies concernent les personnes âgées de plus de 13 ans. »