Dormir sur le côté pour réduire le risque d’Alzheimer

Prévenir la maladie d'Alzheimer en dormant sur le côté - Photo : DR Metronews

Dormir sur le côté pour réduire le risque d’Alzheimer

Prévenir la maladie d'Alzheimer en dormant sur le côté - Photo : DR Metronews

Article publié sur Metronews par Matthieu Delacharlery le 13 août 2015.

 » L’étude santé du jour : dormir sur le côté réduirait le risque d’Alzheimer.

PREVENTION – Dormir sur le côté permettrait de diminuer le risque de développer les maladies d’Alzheimer ou Parkinson, suggère une étude américaine.

Dormir sur le côté permettrait de réduire le risque de développer une maladie neurologique. C’est la conclusion d’une étude menée par des chercheurs de l’université de Stony Brooke (Etats-Unis). En effet, cette position serait plus avantageuse pour favoriser l’élimination des toxines qui s’accumulent dans le cerveau tout au long de la journée.

Méthodologie : observer des rats en train de roupiller
Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs ont observé les cerveaux de rats endormis sur le dos, sur le ventre et sur le côté grâce à des radios IRM.

► Ce que l’étude a montré : nettoyer le cerveau lorsque le corps est au repos
A partir de l’analyse des radios, les scientifiques ont observé que le système « glymphatique », chargé de nettoyer les toxines produites par les neurones dans le cerveau lorsque le corps est au repos, est plus efficace lorsque le sujet dort sur le côté. De quoi réduire le risque de développer une maladie neurologique, tels que Alzheimer ou Parkinson. Rien ne prouve encore pour l’instant que ces conclusions puissent s’appliquer aux humains, même si en théorie les résultats devraient être assez similaires.

► Ce que cela va changer : mieux déceler les risques de troubles cérébraux
« La qualité de sommeil et la position adoptée pour dormir devraient être de nouveaux paramètres à prendre en compte pour déceler des risques de troubles cérébraux », estiment les chercheurs. Cependant, il est peu probable que dormir sur le côté suffise à réduire les risques de contracter la maladie, car de nombreux autres facteurs doivent être pris en compte. »